EXPOSÉ DE ALAN WATT

PARTIE 1

"SCIENTIFIQUES PSYCHOPATHES

ET

L'ÉLÉMENT DU CONTRÔLE"

1 Décembre 2006

Droits d'Auteur: Alan Watt – 1 Décembre 2006 (hormis musique et citations littéraires)

WWW.CUTTINGTHROUGHTHEMATRIX.COM
WWW.ALANWATTSENTIENTSENTINEL.EU

Bonsoir. Je suis Alan Watt, et on est le 1 Décembre 2006.

Dehors, il y a une tempête d'hiver. Il neige, et le vent hurle. C'est une des nouvelles tempêtes, comme elle s'étend de British Columbia, à la côte ouest, le jet-stream prend un virage à angle droit pour passer droit à travers le Canada. Ceci est quelque chose qui ne se passait jamais, pour ceux qui se souviennent des anciens bulletins météorologiques à la télé d'il y a des années. Il était assez intéressant d'entendre des météos différentes des provinces différentes du pays, et maintenant, ils peuvent le standardiser, assez bien, avec les alternation du jet-stream.

Pour ceux qui pensent que ceci ne peut pas se faire, vérifiez les traités sur les IEM, et le traité HAARP qui a été signée vers la fin des années 70 aux Nations Unies. Il est assez fascinant de voir autant de gens qui ont complètement avalé leur conditionnement  et qui vont soutenir que les choses ne sont pas comme vous le dites parce que les médias principales ne le leur ont pas dit. Ils vont s'y accrocher, à leur incrédulité que les choses pourraient être si incroyablement contrôlées, et ce que j'ai dit jusque là ne fait que gratter la surface.

Ce soir il faut très bien écouter, parce que les preuves ont été produites, le long des années, par ceux impliqués dans l'exécution de sciences spécifiques. Des sciences, qui étaient comprises dans les temps anciens, ont simplement reçu une terminologie différente et ont été mises en place. Comme je l'ai dit de maintes fois, ce qui a été utilisé, avec succès, dans la société et la culture, peut être réintroduit, dans la bonne séquence, et cela fonctionnera de la même façon que la première fois, puisque la nature humaine n'a pas vraiment changée.

Dans les années 60 et 70, un nouveau phénomène était diagnostiqué, on pourrait dire, par des psychiatres dans tout le monde occidental, à voir avec une forme de schizophrénie et ses manifestations. Avent cela, la schizophrénie prenait en général un chemin formidable et toujours prévisible, la paranoïa, entendre des voix, et, puisque dans le vieux système de contrôle était basé sur la religion, cela prenait souvent une forme religieuse. Les dialogues de la personne étaient souvent de nature religieuse, ou ils verraient des anges ou des démons. Ils allaient en traçant des crois sur des choses, et dans les hôpitaux, ils traçaient des croix sur des télévisions, ce qui peut-être n'était pas une si mauvaise idée, alors qu'un marteau aurait peut-être été mieux.

Ce nouveau phénomène arrivait au moment ou les sciences faisaient leur émergence par les médias, échangeant les prêtrises en robes noires contre des prêtrises en blouses blanches, mais les ordinateurs étaient encore relativement inconnus au public. Les gens n'en avaient pas, on ne pouvait pas en acheter un et le ramener à la maison. La chose bizarre avec ce nouveau phénomène, cette nouvelle manifestation de cette maladie particulière, qui surprenait tout le monde puisque les différentes personnes étaient diagnostiquées de schizophrénie. Ces patients se plaignaient d'avoir des puces implantées en eux - des puces qui, d'une certaine façon, étaient reliées à un ordinateur qui les contrôlait. Flexible, la psychiatrie du monde occidental a simplement accepté ce nouveau phénomène.

La psychiatrie ne s'occupait pas beaucoup des comment et pourquoi, et je suis sûr qu'il y a une raison pour cela. La psychiatrie et la psychologie, non pas les formes inférieures mais les formes supérieures, ont été utilisées intensément depuis des milliers d'années, à nouveau sou de différents noms, aux fins de contrôle. Beaucoup des grands conseillers dans les hôpitaux psychiatriques sont des membres des organisations au contrôle. Ils y sont membres, et beaucoup d'entre eux sont aussi reliés aux services d'intelligence des pays.

Les expériences de manipulation mentale par différentes techniques ont vraiment commencées dans les années 40, 50 et 60. Les hôpitaux psychiatriques sont une forme de microcosme avec une société close, une société à l'intérieur d'une société, qui est laissée en paix. Tellement de choses pourraient s'y passer en silence, comme expériences, et on en a vu le grand, qui a passé dans le domaine public - les expériences MK-ULTRA, effectuées au Canada par Ewen Cameron. Ceci se passait aussi dans d'autres endroits à travers le monde.

Ce phénomène curieux d'avoir des "puces implantées" avant que personne n'ait entendu parler de puces en silicone, et la télécommande par quelque ordinateur était étrange. Si vous creusez dans de vieux livres, vous allez trouver des questions y relatives par différents professionnels du temps, mais pas autant qu'il faudrait y en avoir. Quelques uns de ces gens venaient du militaire. Quelques uns avaient subi - en fait, je crois que tous avaient subi des opérations mineures. D'autres venaient d'hôpitaux après des opérations mineures, trop jeunes pour entrer au militaire, mail il y a toujours un dénominateur commun. Je suis sûr que si le public pouvait accéder plus d'informations, il deviendrait évident que des puces avaient été implantées et testées sur les individus qui finissaient par être enfermés, souvent pour la vie. On les étudiait intensivement, parce que ceci était une "forme des choses à venir".

Ceci est quelque chose qui a été discutée ouvertement, ou au moins semi-ouvertement, lors de réunions mondiales de scientifiques payés par les gouvernements (l'argent des contribuables), concernant l'implantation des puces dans la population entière de la planète, des réunions comme celles de l'université Loyola. On peut toujours trouver, au moins la version abréviée de la réunion particulière qui y a été tenue il n'y a que trois ou quatre ans. Ils parlaient d'implanter la puce dans la population entière et disaient qu'il y avait déjà des ordinateurs régionaux de mis en place, destinés à gérer chaque individu. En d'autres mots, ces superordinateurs programmeraient chaque individu à performer certaines tâches par jour, et ainsi de suite, surveilleraient votre balance chimique et il n'y a pas de doutes que vous devriez prendre certains médicaments, et ainsi de suite. Vous n'auriez pas de choix dans l'affaire, puisque vous ne seriez plus vous-mêmes. Vous seriez simplement un automate, programmés.

Des puces dans le cerveau. Les plaintes des ces patients, dans les années 60 et 70, étaient en général sur des puces dans la colonne vertébrale. C'est justement là qu'ils vont interagir avec votre système nerveux s'il y a implantation de puces. Des messages seraient programmés dans réseau, le système rachidien, le système nerveux, ou directement dans le cerveau lui-même - une rue à deux sens.

Au même moment, on a aussi vu l'apparition de certains adolescents qui commencèrent les fusillades dans les écoles. En 1979, Brenda Ann Spencer, qui avait 16 ans et qui allait à l'école élémentaire de Grover Cleveland (en Californie), entra à l'école et commença à tirer sur les gens. Je crois qu'elle en tua quelques uns, et la population américaine fût abasourdie de cet acte insensé. Ce qui était encore plus stupéfiant était la réponse qu'elle donna aux questions du pourquoi. Comme pour tous les gens qui sont sous une forme de manipulation mentale, très similairement à la schizophrénie, les émotions sont émoussées. Les réactions normales et les réactions émotionnelles, le motif, comme ils l'appellent, sont émoussées. Elle disait juste,  catégoriquement, qu'elle n'aimait pas les lundis et que c'était ça la raison.

"I Don't Like Mondays" By Boomtown Rats

"Je n'aime pas les lundis" Par Boomtown Rats

The silicon chip inside her head
gets switched to overload
and nobody's gonna go to school today
she's gonna make them stay at home
And Daddy doesn't understand it
He always said she was good as gold
And he can see no reason
’Cause there are no reasons
What reasons do you need to be shown?

[Chorus:]
Tell me why
I don't like Mondays
I want to shoot
The whole day down

La puce en silicone dans sa tête
passe sur surcharge
et personne n'ira à l'école aujourd'hui
elle va les faire rester à la maison
Et Papa ne le comprend pas
il disait toujours qu'elle était bonne comme de l'or
et il ne peut voir des raisons
car il n'y a pas de raisons
de quelles raisons avez-vous besoin?

[Refrain:]
Dis-moi pourquoi
je n'aime pas les lundis
J'aimerais fusiller
la journée entière

Nos pensées et nos opinions, les directions que nous prenons dans notre vie, sont toujours guidées par les producteurs des médias, livres, films, et ainsi de suite. Les grandes fondations y sont lourdement impliquées, dans les directions que prennent la création de culture et la manipulation. C'est ces fondations dont parlait Mr. Weishaupt quand il disait "par la création de fondations très riches" qui dirigeraient le future de l'humanité.

Ces fondations vont main dans la main avec les gouvernements puisque toutes utilisaient les SOCIÉTÉS SECRÈTES ou "sociétés à secrets" comme ils aiment bien s'appeler, pour assurer l'allégeance au programme. Ceux qui ont presté serment d'allégeance à ces sociétés - ce sont sensé être des adultes. Les hommes adultes prennent les serments au sérieux, certainement les "SERMENTS DE MORT" - des serments où l'on paie de sa vie si on  faillit à la parole d'honneur donnée. Au début il y avait leur parole. On ne peut y faillir. Moïse était le seul à pouvoir violer (casser) la loi puisqu'il avait hurlé les deux premières pierres dans sa colère et les avait détruites. C'était lui le premier casseur de lois, ce qui est une autre histoire, concernant le système des "dessus et dessous" qui gère le monde.

Les fondations guident tout. La fondation Rockefeller, qui en est une d'entre eux, soutient des centaines d'organisations non-gouvernementales, comme ils aiment les appeler. Les organisations non-gouvernementales - ils aimeraient bien vous faire croire que ce ne sont que des mouvements de base, que ce n'est que quelqu'un d'entre vous qui fait quelque chose parce qu'il aime l'humanité ou les animaux ou quoi que ce soit, même ceux qui vont dans la recherche sur les OVNI, et ainsi de suite. La fondation Rockefeller les entretient toutes, et en les entretenant toutes, elle les gère toutes. Ils sortent des nouvelles artificielles et des trucs pour nous faire rêver et ne pas vivre notre vie, ne pas réaliser ce qui se passe vraiment. Ils gèrent en effet notre vie, et ils l'ont fait depuis des centaines et des centaines d'années.

Ils financent toujours des auteurs spécifiques, que ce soit de fiction ou de non-fiction, afin qu'ils nous fournissent nos pensées et opinions. Autant d'exposés scientifiques qui sortent dans notre société ont un accent spécifique, comme vous allez le découvrir. Ceci a commencé en sérieux dans les années 1950, a pris de la vitesse dans les années 1960 et 70, concernant le futur de la race humaine, la bioéthique, et comment les scientifiques allaient créer cette utopie merveilleuse où tout le monde serait heureux. Ils continuent à nous dire que le bonheur est la seule raison d'existence, mais ils allaient nous rendre heureux avec des médicaments et des petits trucs dans notre cerveau, des câbles qui en sortent, ou d'autres techniques, même si la chose sur les câbles était n'importe quoi.

Aux niveaux supérieurs, ils avaient déjà fait les trucs de télécommande avant. Aux niveaux inférieurs, ils font de la recherche. Dans notre systèmes, nous sommes conditionnés à croire tout ce que nous lisons, et, même par les revues et les émissions scientifiques, que nous sommes de l'avant-garde de la réalité. Si vous avalez cela, vous ne penserez jamais plus loin et dire "mon dieu, mais ils ont fait cela déjà il y a longtemps". Toutes ces choses sont obsolètes. Toute chose nouvelle qu'on vous présente est obsolète. Voilà pourquoi vous ne vous en rendez pas compte.

Et ils financent en effet des scientifiques des niveaux de base à faire de la RE-CHERCHE. Les "cherches" ont déjà été faites. Ils recommencent à zéro, et s'ils découvrent quelque chose, ils le publient dans les journaux comme si c'était la première fois, et à ce niveau, ils le croient eux-mêmes. Mais, ces livres de science ont toujours l'air tellement optimistes, voyez-vous. Ils vont indiquer quelques uns des dangers, mais ils vont vite passer dessus pour parler des possibilités de ce qui pourrait être fait.

Nous connaissons pourtant l'histoire de la race humaine, nous savons que le pouvoir ne se partage jamais avec la vaste population de quelque nation ou peuple que ce soit. Cela ne s'est jamais fait avant. En fait, les sciences d'antan concernaient le contrôle des esprits du public afin que la minorité dominante puisse profiter d'eux et vivre dans le luxe sans trop de problèmes. Ceci n'a pas changé.

Cela ne changera pas, et dans des livres, comme "The Next Million Years" ("Le Million d'Années à venir") par Charles Galton Darwin, que j'ai déjà mentionnés, il le rend bien clair que la "minorité dominante" restera au contrôle, tout comme le fait Aldous Huxley. Il y en a beaucoup plus de ces gars qui sortent, pour nous presque faire désirer ce qu'ils promettent, voyez vous. Ils nous racontent toujours comment ce sera merveilleux.

Alors, tous les journaux des années 1060 sortaient ces choses, disant que vers l'an 2000 le travail serait rare et que ce serait un privilège de pouvoir travailler. Le reste du public déambulerait en toges romaines en discutant la poésie et l'astronomie juste pour faire passer le temps. Il n'y aurait plus de faim dans le monde, tout le monde ne ferait que simplement vivre et flotter dans les nuages. C'est les balivernes présentées au public pour l'endormir pendant que les vrais loups faisaient avancer leur programme.

Un des livres très révélateurs s'appelle "La Seconde Genèse" ("The Second Genesis"). Il y en a différentes éditions. Il a été publié initialement en 1969, avec des éditions subséquentes, à travers toutes les années 70, et peut-être plus loin. Son auteur est Albert Rosenfeld et le numéro ISBN est le 0-394-71214-5.  Il vaut bien la peine d'être lu. Ceci est le genre de livres sortis pour le public, mais qui contient certainement les données de beaucoup, beaucoup d'universités différentes, et de professeurs qui vivaient de bourses - puisque les professeurs vivaient des bourses diverses leur accordées par les gouvernements et les fondations. C'EST AINSI QU'ON DIRIGE LA SOCIÉTÉ VERS LES DIVERS SUJETS SPÉCIFIQUES.

Si vous voulez que quelque chose se passe, il suffit de financer la recherche dans cette direction. Si vous voulez éviter qu'elle aille dans une autre direction, il suffit de retirer le financement et cela ne se passera pas. C'est vraiment très facile si vous détenez tout l'argent du monde. Maintenant, la technique particulière dont ils parlent en bioéthique est appelée "BSP" (*note de traduction: de "bio-socio-prolepse" expliqué plus loin). Dans le "Life Magazine" en 1965, ils avaient publié une série en quatre parties, appelée "Le Contrôle de la Vie". La version de ce gars-ci, bien sûr, était, selon lui, d'attirer l'attention du public sur les vastes implications des progrès biomédicaux et de la préparer -- en fait, de lui donner un sentiment d'urgence puisque c'est ce que voulaient les cercles scientifiques -- c'était presque comme la confirmation. C'est ainsi qu'ils font les choses. Ils voudraient que nous confirmions ce qu'ils veulent que nous fassions (une légalité).

Un des gens qui menèrent cette charge dans les années 60 était Letterburg. Un autre en était notre fameux héro, notre sauveteur, Dr. Salk, un gars très louche, le gars qui nous a donné le vaccin contre la polio et qui était membre des sociétés eugéniques. Il croyait en la "réduction de la population". Avant le vaccin contre la polio, il avait publié des livres à ce sujet-même. Il était membre des plus grandes organisations de recherche sur "l'alternance et le contrôle de toute vie, mais spécialement la vie humaine", avant de devenir notre sauveteur. Il ne savait, dans aucune des entrevues, justifier pourquoi il voulait sauver la société et réduire la population en même temps.

Donc, BSP et “le cas de demain". Qu'est-ce, BSP?

Le gars qui a prétendument donné le nom à cette chose BSP est le Dr. Richard Farson, le directeur de l'Institut des Sciences Comportementales de l'Occident ("Western Behavioral Sciences Institute"). Les sciences comportementales est un des domaines des plus importants, travaillant mais dans la main avec les compagnies pharmacologiques et même les organisations du genre pulsions électromagnétiques qui travaillent pour les gouvernements sur la même chose - l a manipulation mentale. D'ailleurs, quelques uns des gens qui sont devenu les héros du mouvement New Age, tiennent des diplômes en sciences comportementales. Ceci devrait être une alerte en soi. L'un d'eux vit aux États-Unis, et il est bien financé pour sortir différents livres sur différentes sortes de "bonnes vibrations".

Selon le dictionnaire intégral de Webster,

BSP veut dire "anticipation".  Le mot entier est "Bio-socio-prolepse": Anticipation. Une figure par laquelle on prévient une objection pour affaiblir sa force." Donc, vous anticipez, et ceci est une technique du jeu d'échecs qu'on utilise sur le public. Ils anticipent toutes les objections AVANT d'émettre l'information, et ainsi toutes les réponses aux objections sont prêtes. C'est bien simple, en fait.

"Donc, l'art ou la science du pronostic. En projetant des futuribles vers un choix de futurs sociaux possibles, nous essayons d'anticiper les dangers inhérents du progrès biomédical et de les désamorcer par notre prévoyance. Le mot prolepse sera ici étendu à aussi signifier l'anticipation des espoirs et profits afin de prévoir comment en profiter. Bio est pour biologie. Socio pour sociologie - bio-socio-prolepse, alors, est l'anticipation de l'impacte de la biologie sur la société. Appelons-le BSP en bref."

Maintenant, ce livre est un exemple classique de comment ils vous donnent quelques mauvaises nouvelles, mais vous disent de voir le côté positif parce qu'ils voudraient que vous suiviez le programme. C'est presqu'un livre du type jasement heureux pendant qu'ils discutent des choses horribles de manière la plus agréable possible, très similaire à la manière dont Aldous Huxley parlait à de diverses audiences. On pourrait penser que ce gars est vraiment un caractère aimable, jusqu'à ce que vous écoutiez ce qu'il dit vraiment.

On nous a appris que des gars comme Adolf Hitler crient et tempêtent à ces sujets, et donc c'est ce à quoi nous pensons. Si quelqu'un est aimable et gentil en en parlant, en y mettant même un peu d'humeur, nous rigolons et pensons "quel gars épatant".

Retournons au livre.  Un des chapitres est appelé "Comportement sur Commande".

Ceci vient après qu'il ai parlé de la création de la vie. Il parle du fait qu'ils vont créer des humains spécifiques pour des tâches spécifiques. Que finalement, le mariage serait démodé, ils savaient qu'il faudrait le détruire, même avant que Karl Marx n'arrive en disant la même chose, la destruction de l'unité familiale, puisque les sciences réelles sont beaucoup plus anciennes que ce gars nous mène à penser.

"L'aspect de devoir apprendre à contrôler le comportement humain, en apprenant à changer volontairement les schémas de nos neurones du cerveau, en apprenant, pour ainsi dire, à détordre les molécules tordues, va survenir. Détordre pourrait signifier restructurer les molécules des cellules d'une façon ou d'une autre, réarranger les atomes qui les constituent, enlever ou ajouter quelques ingrédients, modifier les activités chimiques ou électriques. En fin de compte, la chimie et l'électricité en reviennent à la même chose - les mouvements et les réarrangements des électrons. Ainsi, il est approprié de voir la chimie électrique du cerveau comme une entité, ou comme une série de processus et événements intimement liés, qui se passent dans le monde réel en quatre dimensions, et qui sont sujets à la fois à l'observation et à la manipulation. Donc, la manipulation des électrons du cerveau serait équivalent à la manipulation du comportement."

Il continue à parler d'un caractère très intéressant qui travaillait pour le CIA. Il ne mentionne pas ce fait dans le livre, bien sûr, mais la plupart des gars qui nous fournissent ces livres, et probablement ce gars lui-même , l'auteur, travaillait pour le CIA, mais il y avait une fuite sur celui-ci en particulier, et les documents ont été déclassifiés.

"Le Dr. Jose M. R. Delgado de l'école médicale de l'Université de Yale, un chercheur pionnier dans ce domaine de la recherche cérébrale...

Eh bien, Delgado avait travaillé pour le CIA .

"…a découvert que, par la stimulation radioélectrique à distance de certaines parties du cerveau (à cet effet, des électrodes minuscules avaient été implantées chirurgicalement), on pourrait déclencher diverses séquences d'activité. Delgado, lors d'une conférence au Musée d'Histoire Naturelle de New York, a décrit une facette de son travail avec un singe expérimental appelé Ludi."

Maintenant, j'espère que les gens ne sont pas encore si abrutis qu'ils ne se sont pas posé les questions. Toutes ces émissions qu'ils ont regardées, à la télé et sur "Public Broadcasting Services", sont quelques une des pires, sur la nature et les animaux. Ils entrent dans cette partie scientifique où ils dissèquent différents animaux, les stimulent, les choquent. J'espère que le public ne pense pas que toutes cette expérimentation effectuée sur les grenouilles, rats, souris et singes est faite pour créer une vie utopique pour ces rats, souris et singes. TOUTE CETTE RECHERCHE A ÉTÉ FAITE AUX FINS D'ÊTRE UTILISÉE SUR LES ÊTRES HUMAINS.

"We're the Monkees" By the Monkees

"Nous sommes les Monkees" Par les Monkees

Here we come, walkin'
Down the street.
We get the funniest looks from
Everyone we meet.

Hey, hey, we're the Monkees
And people say we monkey around.
But we're too busy singing
To put anybody down.

We go wherever we want to,
Do what we like to do
We don't have time to get restless,
There's always something new.

Hey, hey, we're the Monkees
And people say we monkey around.
But we're too busy singing
To put anybody down.

We're just tryin' to be friendly,
Come and watch us sing and play,
We're the young generation,
And we've got something to say.

Nous voici, descendant
la rue
nous recevons les regards les plus bizarres
de chacun qu'on rencontre

Hey, hey, nous sommes les Monkees
et les gens disent que nous faisons des singeries
mais nous sommes trop occupés à chanter
pour rabaisser qui que ce soit

On va où l'on veut
on fait ce que nous aimons bien faire
on n'a pas le temps de devenir nerveux
il y a toujours quelque chose de nouveau

Hey, hey, nous sommes les Monkees
et les gens disent que nous faisons des singeries
mais nous sommes trop occupés à chanter
pour rabaisser qui que ce soit

nous n'essayons qu'à être aimables
venez nous regarder chanter et jouer
nous sommes la génération jeune
et nous avons quelque chose à dire

Donc, lorsqu'ils fourrent des implants dans ces animaux et stimulent des régions du cerveau, c'est parce qu'à la fin, ils vont l'utiliser sur les humains, n'est-ce pas.

Voici Delgado:

"Après avoir étudié différentes régions du cerveau sous conditions restreintes, on a attaché le simulateur électromagnétique à Ludi. On a commencé les excitations de la partie rostrale du noyau rouge, le singe se trouvant encore dans la colonie. La stimulation a produit la série complexe de réactions suivante: l'interruption immédiate d'activités spontanées; des changements dans l'expression faciale; tournant de la tête vers le côté droit; mise sur deux pieds;  virage vers le côté droit; marche sur deux pieds avec retenue parfaite de l'équilibre en balançant les bras; touche des parois de la cage ou saisie des balançoires; montée du poteau à l'arrière de la cage; redescente au sol; vocalisations douces; attitudes menaçantes envers des singes subordonnés; changement d'attitude et approche paisible de quelques autres membres de la colonie; reprise des activités interrompues par la stimulation."

Delgado a atteint la célébrité par une autre expérience, à voir avec un taureau. Il allait dans une arène de corrida, le cerveau du taureau avait été implanté de sondes télécommandées. Lorsque le taureau chargea vers lui, il bascula un interrupteur, et le taureau s'arrêta net pour tourner vers la droite. Puis il bascula un autre interrupteur, et le taureau vira vers la gauche. Très très impressionnant, voyez-vous, comment ils peuvent manipuler des créatures, et c'est un paradis pour les maniaques du contrôle, en réalité, et il en était un. Ces gens n'ont pas de conscience. Personnellement, je ne crois même pas qu'ils sont humains, si l'on regarde la définition du mot humain. Ils ne sont compatissant dans aucun sens du mot du tout. Ce sont des psychopathes.

Ce livre couvre autant de sujets sur la société et la sexualité. Il pose les questions qui sont encore maintenant posées: "quel est le sens de la vie?" En général, c'est ainsi qu'ils vous captent, ils enlèvent peu à peu tout de la culture, même si elle nous a été imposée aussi, ils la découpent, et nous nous retrouvons avec une banane pelée en nous demandant à quoi tout cela sert. Leur réponse est de s'élever presqu'à un statut de déité en réarrangeant la matière, par le contrôle total sur la matière, ce qui les excite énormément. il y en a tellement dans ce livre particulier.

C'est un de beaucoup de livres, non promu par les médias principaux puisqu'ils ne voudraient pas que Jean Normal lise ce genre de choses. C'est bien vrai, le public ne pensera qu'à ce que les médias lui disent; il ne se préoccupera que de cela. Ils peuvent, nonchalamment, nous raconter des choses horribles, fourrées entre les annonces sportives, et cela ne sera pas retenu, mais ils nous indiquent sur quoi il faut se faire des soucis et sur quoi il faut réfléchir.

Ces gars, qui nous donnent cette propagande, vont toujours insister en premier et en principal sur comment cela va profiter à des individus spécifiques qui ont une maladie chronique ou quoi que ce soit. C'est la manière standard pour avoir l'approbation du public à continuer vers quelque monstruosité qui va affecter tout le monde. Pour les gens normaux, il est dur de voir un enfant mourant de quelque chose, mais "ceci va les guérir". Ceci va ouvrir toute une nouvelle sorte de dialogue puisque cela va à l'envers de l'accepté comme norme, de tout ce qui était socialement acceptable auparavant, et ainsi de suite. Donc, ils nous présentent d'abord les pauvres infortunés, même si le vrai programme est le contrôle de la société entière.

Et voici comment il le fait dans ce cas:

             "L'ESB peut reverser le "normal"…" (* note de traduction: "Electric Stimulation of the Brain" - stimulation électrique du cerveau)

Il met le mot normal entre guillemets parce qu'il sait très bien que le "normal" est tout ce que la culture définit comme normal au moment. Il devrait le savoir, puisqu'il travaille pour les créateurs de culture.

"Le contrôle du cerveau nous permettrait aussi le contrôle de ces régions primitives, qui eux contrôlent les fonctions de base du corps."

Maintenant, ces régions primitives, comme il les appelle, sont les régions responsables des instincts de survie. C'est ce qu'il veut dire par "régions primitives" - les réactions de confrontation ou de fuite. Koestler, qui travaillait aussi pour les grands laboratoires d'idées, disait la même chose: "on n'en aura plus besoin, puisque l'état prendra toutes les décisions pour le public."  Mais il ajouta encore: "ceux au contrôle devront rester inchangés parce qu'ils devront garder leurs instincts de survie intacts, comme ils vont piloter le navire de la planète terre."

Pour continuer avec le livre:

"Enterré à la base du cerveau," comme l'indique le Dr. Joel Elkes de Johns Hopkins, "à la ligne médiane, au centre du crâne, il y des régions très, très anciennes, qui s'occupent clairement de la survie. Ces régions contrôlent la respiration, le pouls et la tension artérielle; elles ménagent l'équilibre des sels et le contrôle des températures; elles guident certaines réactions instinctives innées, comme la fin, la soif, la confrontation, la fuite, le jeu, le sommeil, le réveil et le sexe. Ce sont les centrales de contrôle de la machinerie cérébrale.

Des expériences ESB ont en fait déjà démontré qu'un animal peut être induit à se laisser mourir de faim (même s'il est resté sans nourriture déjà depuis un certain moment), ou à s'empiffrer (même s'il vient juste de manger), ou à avoir des performances sexuelles au-delà de ses capacités normales. Ce genre de contrôle qui peut être exercé sur des animaux ou sur des hommes par ESB s'étend de simples mouvements musculaires à des comportements sociaux relativement complexes. C'est connu au moins depuis le 19ème siècle que des stimulation électriques du cortex cérébral peuvent produire des réactions motrices dans les animaux. Mais jusque récemment, on avait supposé que ceci ne pouvait se faire qu'avec des animaux anesthésiés, et que les mouvements seraient maladroites et imprécis."

Et ceci est un mensonge, parce qu'ils ont utilisé des animaux non-anesthésiés depuis très, très longtemps. Il ne va simplement pas mentionner les livres beaucoup plus vieux.

"Mais les techniques plus récentes et les appareils miniaturisés qui rendent l'ESB possible ont mis en évidence, comme le dit Delgado, "que des performances motrices par commande électrique pourraient être aussi complexes et précises que le comportement spontané." Delgado décrit un mouvement de jambe induit - la flexion d'une jambe postérieure - d'un chat de laboratoire comme exemple."

Maintenant, s'ils disaient "d'un prisonnier" ou "d'un patient", nous serions horrifiés, mais, voyez-vous, ils essaient de le faire passer par le moyen des animaux, et encore, là, voyez-vous, les mouvements de protection des animaux ne les avaient pas accueillis les bras ouverts comme ils le font aujourd'hui. Ils utilisaient cette technique plus ouvertement dans ces temps. Ces gars, vraiment, qu'il s'agisse d'un animal ou d'un humain, ils salivent simplement plus lors des expériences si c'est un vrai humain qu'ils ont devant eux. Ces caractères sont totalement psychopathes dans les choses qu'ils font aux animaux aussi. Il continue à expliquer comment il pouvaient faire bouger ce membre particulier du chat, spontanément, en poussant un bouton.

Et puis il dit:

"Est-ce que toutes ces commandes ESB ont dérangé le chat émotionnellement?"

On parle d'un chat qui a tous ces petits câbles et électrodes dans son cerveau, vous en souvenez-vous?

"Au contraire.  Le chat était alerte et aimable comme d'habitude, frottant sa tête contre l'expérimentateur..."

Il y avait probablement des étincelles.

"... cherchant les caresses, même ronronnant. Par contre, si nous essayions de prévenir l'effet provoqué en tenant les pattes arrières de nos mains, le chat arrêtait de ronronner et se battait pour se libérer, puis secouait sa jambe. À ce qu'il paraît, la motilité évoquée n'était pas déplaisante..."

Oh, ce n'était pas déplaisant - il était heureux, voyez-vous.

"…mais des atteintes à la prévenir dérangeaient l'animal."

Et donc, il fallait exécuter les commandes ou il serait dérangé. La suite parle des commentaires additionnels de Delgado sur l'expérience du chat.

"La création artificielle d'activités motrices était acceptée d'une manière si naturelle par l'animal que souvent, il y avait des initiatives spontanées à coopérer avec la commande électrique. Par exemple, à un moment d'équilibre précaire, lorsque toutes les pattes étaient très proches les unes des autres, la stimulation produisait d'abord un ajustement de la posture, le chat écartait ses jambes antérieures pour arriver à un équilibre en déplaçant son équilibre vers la droite, et seulement après ce délai, la jambe arrière gauche commençait à se fléchir. Une variété d'effets moteurs ont été évoqués dans de différentes espèces, y inclus des chats, des chiens, des taureaux et des singes. Les animaux pouvaient être induits à bouger leurs jambes, élever ou baisser leur corps, ouvrir ou fermer la bouche, marcher ou rester couchés, se retourner, et à performer une variété de réactions avec une fiabilité prévisible, comme s'ils étaient des jouets électroniques sous contrôle humain. En plus, les animaux semblent apprécier la stimulation électrique - un autre phénomène inquiétant s'il peut être transmis aux humains.

Ah bon, ils l'apprécient.

"Allant plus loin que ces simples activités motrices et les séquences d'activités plus complexes décrites auparavant, Delgado et d'autres ont découvert qu'ils pouvaient aussi affecter les humeurs, les attitudes et même les caractéristiques de base d'animaux individuels (ce qui, ensuite, affecta le comportement d'autres animaux) en stimulant les endroits ou régions appropriés du cerveau. Un chat peut être induit à commencer une querelle avec un autre chat - ou un chien - beaucoup plus grand que lui-même; ou à trembler devant une souris, selon la partie du cerveau qui reçoit les signaux.

Je suppose que c'est les militaires qu'ils vont rendre agressifs, et les gens qu'ils vont rendre peureux.

"Un animal paisible peut être induit à grogner et à tourner belligérant, alors qu'un animal normalement agressif peut être rendu docile. Les macaques rhésus," dit Delgado, "sont des créatures dangereuses et destructives qui n'hésitent pas à mordre tout ce qui se trouve à portée de main..."

Je ne peux pas leur en vouloir.

"…y inclus les câbles, les instruments, et à l'occasion, la main de l'expérimentateur."

Eh bien, je crois que je les mordrais aussi.

"Serait-ce possible d'apprivoiser ces animaux féroces au moyen de stimulation électrique? Pour investiguer cette question, un singe était ligoté à une chaise, où il faisait des grimasses et menaçait…"

Oh, il menaçait le scientifique! Je suppose qu'il aurait pu le matraquer, eh?

"… l'investigateur, jusqu'à ce que la partie rostrale du nucleus caudatus avait été stimulé. A ce moment, le singe perdit son expression agressive et n'essaya plus de saisir ou mordre l'expérimentateur, qui maintenant put mettre un doigt dans sa bouche sans danger! Dès que la stimulation s'arrêta, le singe fut aussi agressif qu'avant."

"Plus tard," Delgado continue, "des expériences similaires étaient répétées pour les singes libres à l'intérieur de la colonie, et il était évident que leur structure sociale autocrate pouvait être manipulée par stimulation radiocommandée." Le singe en chef perdait son agressivité avec l'ESB, et les autres singes l'entouraient sans peur. Ceci continuait pendant environ une heure. "Environ 12 minutes après la durée d'une heure de stimulation, le chef rétablit son autorité." Lors d'expériences similaires au Centre Régional de Primates de Yerkes, le Dr. Bryan W. Robinson nota que lorsque d'abord un et puis l'autre mâle devenait dominant, "les femelles tournaient leur allégeance vers le mâle dominant, puis se retournèrent pour attaquer l'autre mâle." Dans une version encore plus intéressante de l'expérience, Delgado observait que les autres singes de la colonie "apprenaient à pousser un levier qui déclenchait la stimulation du nucleus caudatus du singe en chef, inhibant ainsi son comportement agressif." Ainsi, un singe contrôlait délibérément le comportement d'un autre par l'ESB - une démonstration vraiment impressionnante du peu de compréhension nécessaire pour exercer beaucoup de contrôle."

Oh mon dieu, ces gars sont tous des amours, eh? Puis, il continue avec la gestion de l'agression. Souvenez-vous que l'agression, dans son contexte adéquat, est une défense - un mécanisme de survie, très important aux contrôleurs, comme nous pouvons le voir lorsqu'ils convertissent des pays  en des camps d'armée - de la sorte où le fil de fer barbelé est tourné vers l'intérieur. La gestion d'agression.

"Ceci n'est pas une question oiseuse. L'usage de l'ESB pour le contrôle de l'agression des humains a déjà été démontré de façon concluante à un hôpital à Boston qui spécialise en l'étude de comportements violents. L'expérience était organisée, en 1967, par une équipe de scientifiques médicaux de l'école médicale de  Harvard et l'hôpital de ville de Boston. Dans le groupe se trouvaient deux excellents neurochirurgiens, Dr. Mark et Dr. Sweet…"

Dr. Sweet, ha, ha, ha!  pas de dépit là, eh? (*note de traduction: sweet = sucré, doux; dépit peut traduire en "sour grapes" en anglais ce qui littéralement signifie raisins aigres)

"… et son président à temps plein est un psychiatre, Dr. Frank R. Ervin. Le patient typique de la clinique a un "faible contrôle de ses impulsions", avec un tempérament volatile et une histoire d'épisodes violentes répétitives. Beaucoup de ces patients sont incroyablement destructifs vis-à-vis de propriétés, et ils pourraient battre leurs femmes, maris ou enfants d'une férocité étonnante. Une jeune mariée qui est venue récemment demander de l'aide disait qu'elle avait attaquée son mari - heureusement un homme assez costaud et tolérant - 537 fois dans les six dernières années, utilisant tout, de ses poings à des plats ou des meubles. Les gens violents défoulent leurs impulsions souvent aussi via des agressions sexuelles ou d'accidents de voiture multiples."

Des conducteurs agressifs.

"…Malgré que le patient violent ait d'habitude une "raison" pour ses rages incontrôlables, cette raison peut être incroyablement faible."

Ce qu'ils font ici, voyez-vous, est dénigrer toutes les ripostes à ce qu'ils vont dire qu'ils vont faire. Ils vont continuer par – “cela va aider les épileptiques.” ils ne vont pas nommer un épileptique, et je doute fortement qu'ils vont même vous en montrer un. Mais ils prétendent qu'ils peuvent effectivement guérir les épileptiques en implantant une puce dans le cerveau et en leur donnant l'interrupteur. Donc, s'ils le sentent arriver, ils poussent le bouton et ils ont sans doute une crise silencieuse, ou peut-être un orgasme, parce qu'ils parlent de cela aussi - comment ils peuvent vous faire avoir un orgasme. Ce gars probablement est allé travailler pour la compagnie qui produit le Viagra.

"Parfois, une opération relativement simple - si on peut appeler une opération du cerveau simple - pet aider pour un moment."

Ceci est pour aider des pauvres infortunés avec leurs différents problèmes.

"... Au centre médical de l'Université d'Indiana, Dr. Robert Heimberger  découvert qu'en touchant la région affectée du cerveau avec une délicate..."

Maintenant vient comment ils le disent ici. Voyez-vous, ils vous donnent un terme scientifique pour ce qui est comme un bâton avec une pointe congelée posée directement sur le cerveau-même.

"…sonde cryo-chirurgique…"

Une sonde cryo-chirurgique, voyez-vous.

"…(un instrument avec une pointe congelée)…"

Cela a l'air plus impressionnant, voyez-vous. Une sonde cryo-chirurgique.

"…il peut détruire le tissu malade."

“Tissu malade.” Il n'y a pas d'indications visibles de maladie, mais puisque c'est d'un comportement indésirable qu'ils parlent, ils l'appellent "malade". Vous voyez, leur façon de formuler les choses est très sournoise, est si vous lisez ceci à la légère, vos impressions vous seront fournies prêt-à-porter. Les impressions qu'ils aimeraient que vous ayez.

"…Dans beaucoup des cas traités par Dr. Sweet et Dr. Mark…"

Je suppose qu'il a "mar(k)qué" beaucoup de cerveaux.

"…les dégâts au cerveau ne sont pas apparents."

Dans beaucoup des cas , les dégâts au cerveau ne sont pas "apparents" - ceci est pour calmer vos inquiétudes. Et "beaucoup" - cela signifie, pas tous.

"…Mais des examens plus en profondeur révèlent en général quelque anormalité du tissu - des dégâts qui sont peut-être congénitaux…"

Peut-être que vous avez un problème "congénital" - c'est une autre chose dont les comportementalistes continuent à parler.

"…peut-être proviennent de coups sur la tête…"

C'était probablement le scientifique qui l'a fait quand il a foré votre crâne.

"…ou d'infections virales qui ont atteintes le cerveau."

En d'autres mots, cela pourrait n'importe quelle de ces raisons. Voyez-vous, c'est probable, des théorise sur les possibilités - théories, théories, estimations, voyez-vous.

"…Récemment, beaucoup d'intérêt a aussi été porté aux causes génétiques de ces anormalités, spécialement depuis un cas récent en France où on a découvert un criminel violent qui possédait un chromosome XYY anormal."

On entend toujours parler de celui-là.

"…Le groupe de Boston a déjà inclus un généticiste cellulaire dans l'équipe pour étudier ces dernières possibilités. Tout ceci a évidemment des implications importantes à la criminologie et la pénologie."

Oh, les flics vont l'aimer lorsque tout le monte aura la puce. S'ils voient quoi que ce soit hors la norme, ils peuvent juste pointer leurs petits instruments et vous serez comme un petit robot à nouveau.

"…Lorsque, ci-dessus, j'avais cité l'exemple du violeur imaginaire qui a été guéri de ses tendances..."

Un exemple imaginaire - ils vous donnent plein d'exemples imaginaires.

"…transformé d'une brute sadique en un gentilhomme de caractère doux par la chirurgie cérébrale, cela devait probablement semblé forcé. Mais nous pouvons voir maintenant que cette possibilité pourrait être plus saisissable qu'aucun d'entre nous ne l'avait imaginé. Au début de 1968, un tribunal anglais a passé un jeune incorrigible - un "joueur invétéré" - aux médecins pour un traitement par une opération de leucotomie."

C'est intéressant que la plupart des établissement de jeu, dans tout le pays ici et dans la plupart des pays, sont gérés et financés par le gouvernement.

"…Après que l'histoire était parue dans le London Times, le Journal  Médical Britannique exprima ses scrupules concernant le chemin que prendrait cette sorte de procédure dans le cadre de condamnations de criminels à des traitements plutôt que la prison. Pourtant, le précédant est déjà établi: dans le cas de "démence", le criminel est souvent dirigé vers un traitement psychiatrique plutôt que d'être condamné à la prison (même s'il pourra passer un temps égal de séquestration), le raisonnement en étant que c'était sa maladie mentale plutôt que lui-même qui était coupable. Sera la présence d'un dégât cérébral ou d'un chromosome fautif bientôt suffisante pour exonérer un criminel de sa culpabilité par le même raisonnement?"

Il ne mentionne pas que ceci leur donne le droit de peut-être vous lobotomiser avant que vous n'ayez fait quoi que ce soit, juste en cas, je veux dire.

Enclencher les régions du plaisir, pour tous les gens heureux, pour les optimistes entre vous.

"De toutes les expériences ESB…"

Voici la partie heureuse sur laquelle vous êtes censés réfléchir et que vous êtes censé retenir.

"…conduites sur des animaux, aucune n'était plus étonnante que la série en 1953 et 54, lors de laquelle Dr. Tames Olds (à ce moment à l'université McGill au Montréal) découvrit accidentellement les centres du plaisir du cerveau. Il venait juste d'apprendre à implanter des électrodes dans les cerveaux de rats en préparation d'études sur le comportement des rats. Mais il était curieux de voir si la technique ESB en elle-même allait déranger et distraire les rats de telle façon que cela irait gâcher l'expérience. "Je suis allé au laboratoire un dimanche après-midi", il se souvient, "et j'ai pris le premier rat que j'avais jamais préparé de mes propres mains. À chaque fois que le rat allait dans un coin de la table expérimentale, je mettais le courant pour voir…"

Il mettait le courant!

"…pour voir s'il allait éviter d'approcher cet endroit après. Mais, au contraire, mon rat l'adorait!" dit-il."

Ceci est pour les optimistes, voyez-vous.

"…Poursuivant cette opportunité plutôt que l'idée originale, Olds a raffiné ses techniques et a découvert qu'il pouvait, par ESB, produire, à volonté, un état de félicité dans le rat. D'autres chercheurs ont avidement suivi la direction prise par Olds..."

Voyez la partie "avide" ici. Ils sont tous avides de leurs bourses pendant qu'ils vont implanter des trucs, couper, entailler, cautériser et choquer des choses.

Coughlan écrit:

"Beaucoup d'endroits peuvent semblent être liés à des plaisirs spécifiques, comme ceux de la nourriture, la boisson, et le sexe."

(Vos instincts fondamentaux.)

"…Mais parfois, l'ESB provoque une réaction complexe et généralisée. Ceci pourrait indiquer une satisfaction plus grande indépendamment des plaisirs spécifiques - ou peut-être, comme le suspecte le Dr. Olds, que des régions de plaisir sont si proches l'un de l'autre que plusieurs sont stimulés en même temps par une grande dose d'ESB. On peut à peine définir la nature de cette sensation de plaisir: il y en a qui ont supposé qu'elle combine l'extase mystique des saints avec l'extase charnelle des pêcheurs, dans une joie diffuse et inénarrable."

Eh bien, c'est une bonne supposition pour les optimistes.

"…De toute manière, les animaux trouvent la sensation complètement irrésistible."

Eh bien, ce serait moi si on me choquait. “Saute!” “Ok, ok!”

"…Un rat blanc, si on lui permet de régler son propre dosage d'ESB en poussant un levier dans sa cage, va continuer à le pousser - à un rythme fantastique de jusqu'à 8000 fois par heure - jusqu'à ce que la faim, la soif ou l'épuisement le forcent à interrompre. Mais l'interruption est courte: une goutte, une bouchée ou deux, une sieste de quelques minutes, et le rat retourne à sa partouse de plaisirs. Lors d'une expérience par le Dr. Joseph V. Brady au Centre Médical de l'Armée Walter Reed..."

Oh, l'armée y est aussi, eh?

"…les rats continuaient ainsi pour 24 heures par jours pendant trois semaines, sans arrêt. On pourrait penser que des rats si immodérés s'éreinteraient finalement, s'épuiseraient complètement avant d'atteindre un âge de 30 jours, mais au contraire, ceux de Walter Reed ne manifestaient aucun dégât physique ou mental, ni au moment-même, ni après."

Que de menteurs, ces gars, eh?

"…Et les rats du Dr. Olds, après une série de marathons d'ESB d'une durée cumulative d'un total de centaines de jours, semblaient en meilleure santé et forme que leurs frères et sœurs élevés dans de conditions similaires mais sans ESB."

Et donc, l'ESB "est bon pour vous", c'est ce que vous êtes censés retenir.

"Everybody's Got Something to Hide Except for Me and My Monkey"
By the Beatles

"Tout le monde a quelque chose à cacher, sauf moi et mon singe"
Par les Beatles

Take it easy,
Everybody's got something to hide except for me and my monkey.

Doucement
tout le monde a quelque chose à cacher, sauf moi et mon singe

Eh voilà. Une épisode de sensations orgiastiques permanentes, sans manger ou boire, en vous épuisant complètement, est bon pour vous. C'était l'ancienne prêtrise qui nous fournissait nos réalités pendant des siècles - et ils nous disaient qu'on deviendrait aveugles si on faisait cela, ou que des poils pousseraient dans la paume de nos mains. À y penser, ces nouvelles prêtrises en blouses blanches pourraient en effet faire pousser des poils dans la paume de nos mains, et partout ailleurs sur notre corps, s'ils le voulaient. Ils ont effectivement publié cela. mais alors, s'ils faisaient cela, on n'aurait plus besoin d'habits dans les climats froids, et les usines en Chine feraient faillite et le chômage augmenterait.

Ce que je veux vous montrer ici est que rien n'est nouveau. Les petits fragments que l'on vous donne lors des nouvelles aujourd'hui ne servent qu'à vous programmer à la phase suivante d'acceptation, à ce que nous sommes censé percevoir comme inévitable. Maintenant, personne dans le domaine public n'a jamais dit que la science a le droit de faire ce qu'elle veut des gens, mais, voyez-vous, ceci va avec le drôle d'idiome qu'on a, qu'on ne sait arrêter le "progrès", et avec cela, ils veulent dire, la "science". Eh bien, croyez-moi, si la majorité dominante, à n'importe quel temps, désirait arrêter n'importe quel domaine d'expériences, cela se passerait immédiatement. La raison derrière tout ceci est que c'est pour le contrôle de toute la société.

Sur ce site internet, mon site, vous pouvez trouver le discours de Huxley à Berkeley, et vous pouvez l'écouter parler de ceci, lui aussi. Il disait: "La plupart des gens que vous voyez sont malheureux." C'est ainsi qu'il essaye de justifier la direction que nous sommes censés prendre. Par conséquent, quel est le problème de mettre des trucs dans leur cerveau pour changer leur comportement ou leur humeur? C'est ainsi qu'il le justifie vis-à-vis du public. Souvenez-vous, il n'a pas parlé à n'importe quelle petite université. Il parlait aux Ivy League, plus en détail, parce que ces gars allaient aller dans des positions gouvernementales, dans la bureaucratie et dans les établissements scientifiques, respectivement directement dans les fondations qui financent tout ceci.

Les fondations elles-mêmes ne font rien sans l'accord de la minorité dominante. Tout dans la pyramide de ce système vient du sommet. Il y a des monstres qui gèrent le monde pour nous. Ils avaient des circuits à semi-conducteurs - des micro-circuits, des puces, déjà dans les années 1950, avant même que le public n'ait entendu parler de transistors, qui ont changé tout de l'ancien système de tubes dans la radio et la télé. Ensuite, il y avait les radio transistor et différentes composantes, qui étaient soudées sur des platines. La phase suivante était de finalement aller, progressivement, dans les années 80, vers les semi-conducteurs, mais ils avaient les semi-conducteurs déjà dans les années 50. Le CIA les utilisait dans un équipement montré à la télévision canadienne par Nick Begich. Devinez ce que faisait cette technologie? Ces petites télécommandes portables pouvaient planter des pensées dans les cerveaux des gens. Quel hasard, eh?

Et pourtant, il y a cet autre caractère, avec son livre qui ne mentionne du tout cet aspect, ni le fait même qu'ils faisaient cela. Peut-être qu'à son niveau, il n'en avait pas connaissance. Mais il en faisait partie puisqu'il faut toujours faire penser le public qu'il est à "l'avant-garde". C'est à quoi servent les nouvelles - elles montrent des programmes et des documentaires spéciaux sur les "percées" qu'ils essaient de faire ou d'accomplir, et si nous croyons à cela, nous ne nous rendrons jamais compte du fait que "mon dieu, ils sont déjà bien plus avancés que toutes ces phases".  Voilà pourquoi ils ont le contrôle total sur tout, et le pouvoir ne se partage pas. C'est pourquoi ils sont si discrets.

Des gouvernements de toute la planète ont déjà admis qu'ils ont testé divers agents, des virus et des bactéries, sur leur propre population, aux fins de guerres et pour d'autres raisons. Ne pensez pas, même pour un instant, qu'ils n'ont pas implanté des puces dans certains gens, partout dans le monde occidental, au moins dans le monde occidental, et qu'ils n'ont pas testé ces puces il y a déjà longtemps, parce qu'ils l'ont fait.

L'ENNEMI N'EST JAMAIS LÀ-BAS.

LES ENNEMIS SONT JUSTEMENT CEUX QUE VOUS AVEZ ÉTÉ ENTRAINÉS À ADMIRER ET À RESPECTER.

C'est tout de moi pour ce soir. Je vais continuer à lire un peu plus lors de mon exposé prochain. Que votre dieu aille avec vous.

"Monday, Monday" By the Mamas and the Papas

"Lundi, lundi" par "the Mamas and the Papas"

Monday Monday, so good to me,
Monday morning, it was all I hoped it would be
Oh Monday morning, Monday morning couldn't guarantee
That Monday evening you would still be here with me.

Monday Monday, can't trust that day,
Monday Monday, sometimes it just turns out that way
Oh Monday morning, you gave me no warning of what was to be
Oh Monday Monday, how could you leave and not take me.

Every other day, every other day,
Every other day of the week is fine, yeah
But whenever Monday comes, but whenever Monday comes
You can find me cryin' all of the time

Monday Monday, so good to me,
Monday morning, it was all I hoped it would be
Oh Monday morning, Monday morning couldn't guarantee
That Monday evening you would still be here with me. 

Lundi, lundi, si bon pour moi
lundi matin, c'était tout ce que nous espérions
oh, lundi matin, lundi matin ne savait garantir
que le lundi soir tu serais encore ici avec moi.

Lundi, lundi, on ne peut faire confiance à ce jour
lundi, lundi, parfois, c'est simplement comme çà
oh, lundi matin, tu ne m'as pas donné de préavis sur ce qui était à venir
oh lundi, lundi, comment pouvais-tu partir sans moi

tous les autres jours, tous les autres jours
tous les autres jours de la semaine sont bons
mais à chaque fois qu'il y a un lundi, mais à chaque fois qu'il y a un lundi
vous me trouverez à pleurer tout le temps

Lundi, lundi, si bon pour moi
lundi matin, c'était tout ce que nous espérions
oh, lundi matin, lundi matin ne savait garantir
que le lundi soir tu serais encore ici avec moi.